Membres honoraires 2015

20032004200520062007200820092010201120122013201420152016

HOMMAGE À MONSIEUR FRANK WATERSON 

Frank a débuté sa carrière d’agriculteur à un très jeune âge et, après sa graduation du secondaire, a pris la décision de rester à la ferme pour continuer de travailler aux côtés de son père, Frank Sr. En 1994, Frank et son épouse, Anna, ont acheté la ferme, devenant ainsi la troisième génération à continuer l’élevage sous le préfixe Braefield.

Frank a toujours été très impliqué au sein des clubs Ayrshire du Nouveau-Brunswick et de l’Atlantique, en tant que président et secrétaire pendant plusieurs années. Il a également occupé le poste de directeur national des provinces de l’Atlantique pour Ayrshire Canada.

Frank a commencé à exposer des Ayrshires en 1970 lors d’expositions régionales, ramenant avec lui plusieurs titres de Championne et bannières. Il a aussi été juge à quelques expositions. Il a réellement transmis son amour de la race et des expositions à chacune de ses trois filles. Dans les vieux albums, on y trouve de nombreuses photos de lui et des filles à l’étable, entraînant des petits veaux alors qu’elles ne sont âgées que 3 ans. À mesure qu’elles ont grandi, il les a aidées à choisir les meilleures génisses 4-H et leur a enseigné les rouages de la tonte et l’étiquette dans l’arène d’exposition.

Même durant la saison des cultures, au temps fort des expositions, il réussissait toujours à trouver le temps de venir faire un petit tour aux jugements pour encourager ses filles. Aux expositions, il prenait aussi toujours le temps d’arrêter pour jaser avec tout le monde, que ce soit de la température, des fourrages ou de la vie en général, bien que les conversations finissaient toujours par revenir sur le sujet des vaches. En réponse à la nouvelle que Frank recevrait cette reconnaissance, nos collègues et amis éleveurs Ayrshire s’accordaient tous pour dire que c’était bien mérité.

L’éleveur Garnet Schellen exprimait ceci : « J’ai vraiment appris à connaître Frank lorsque j’ai commencé à participer à la foire d’hiver des Maritimes à Moncton. Il était toujours là, prêt à m’aider, que ce soit pour un conseil, de la nourriture ou de l’équipement. C’est à cette même époque qu’il m’a enseigné une leçon très importante : c’est merveilleux de gagner, mais ce qui est encore plus important pour le bien de la race, c’est de s’entraider et de s’assurer que tous les animaux, peu importe l’éleveur, soient montrés sous leur meilleur jour. »

Un autre éleveur, Peter Rossiter, disait : « Pendant plusieurs années, alors qu’il occupait le poste de directeur national des Maritimes, c’était toujours formidable d’obtenir de Frankie des nouvelles de l’actualité Ayrshire nationale. Que ce soit à une réunion de l’Atlantique ou au téléphone, ses questions étaient toujours pertinentes et constructives et il ne se plaignait jamais. Il était évident que son amour de la race Ayrshire était profondément ancré en lui. Ça a toujours été un plaisir de discuter ou de travailler avec lui sur différents projets à travers les années. »

Au fil des années, son travail soutenu et son dévouement pour la race lui ont profité, et ce de plus d’une façon. Il a gagné plusieurs prix de production et de faible comptage de cellules somatiques, s’est classé parmi le top 10 des meilleurs producteurs du Nouveau-Brunswick pendant plus de 20 ans pour la qualité du lait et a aussi remporté, à neuf reprises, le titre de Producteur laitier de l’année au Nouveau-Brunswick. Il a également élevé plusieurs vaches EX et reçu son premier trophée Maître-éleveur de la part d’Ayrshire Canada en 2011.

Frank, au nom de tous les membres de ta famille et de tous tes amis, nous aimerions te féliciter pour cette prestigieuse reconnaissance!


HOMMAGE À MONSIEUR GEORGES-AIMÉ LAVOIE 

Georges-Aimé est né en 1943 à Saint-Basile, N.-B. où il grandit sur la ferme familiale, "Ferme République".  Étant l'ainé d'une famille de 8 enfants, il a grandement aidé aux travaux de la ferme durant sa jeunesse.  Après avoir complété son éducation à l'école d'agriculture de son village, il entre sur le marché du travail puisqu'il avait encore 5 frères pour travailler avec son père sur la ferme.

C'est en 1967 qu'il épouse Céline Clavette, une jeune dame de Rivière-Verte.  Leur fils ainé Mario voit le jour deux ans plus tard.  Viendront par la suite Lyne et Sylvain.  C'est en 1980, 100 ans après la fondation de l'entreprise par son grand-père, que Georges-Aimé quitte un emploi de 15 années de service chez "Fraser Paper", une usine de pâte et papier situé à Madawaska au Maine pour revenir sur la ferme. L'amour de la terre et des animaux l'a donc toujours habité.  Avec son épouse, ils entreprennent donc la continuité de la ferme familiale. 

Il mise d’abord sur l’amélioration des infrastructures et de la machinerie afin de permettre une accélération du développement pour l’entreprise.  En 1981, il décide de construire une nouvelle étable à la fine pointe de la technologie de l’époque.  Faisant face à un défi de taille avec  un investissement aussi considérable, il choisit d’augmenter la production laitière par vache et d’acheter du quota additionnel.  Pour ce faire, il améliore l’alimentation et la reproduction du troupeau et opte pour le contrôle laitier.

À part des nombreux travaux journaliers, Georges-Aimé participe annuellement à l’exposition Régionale du Madawaska. En 1982 et 1995,  les Lavoie furent nommés « Famille Therrienne » lors de cet événement.  En plus de cette exposition, il participe à maintes reprises à  l’exposition provinciale de Fredericton, à l’exposition de Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard, à l'exposition de Rimouski, à l'exposition de Québec, à l'expo-printemps de St-Hyacinthe, à l'exposition nationale de Toronto ainsi que à l'exposition mondiale laitière de Madison au Wisconsin.

Georges-Aimé avait aussi à coeur l'amélioration de la qualité de son troupeau.  En 1985, il se voit décerner un mérite particulier, la meilleure moyenne de troupeaux de toutes les races au N.-B. Il mérite aussi un prix pour le troupeau moyen s’étant le plus amélioré au N.-B.   Il se voit également décerner l’honneur pour le M.C.R. combiné le plus élevé  pour la catégorie 30-49 records par la régie de mise en marché  du lait du N.-B.  En 1988, la ferme obtient la Meilleure Moyenne Nationale de kilogramme de lait par vache par année, pour la race Ayrshire, avec une moyenne de 8059 kg et un M.C.R combiné de 228.

Afin d’être plus efficace économiquement, c’est en 1990 qu'il installe un système informatique de distribution du grain ainsi que deux silos pour entreposer le grain.  En 1994, des modifications sont apportées pour faire la distribution des balles rondes à l’intérieur de l’étable.

Après 30 ans de dévouement à son entreprise, Georges-Aimé décide de céder la succession à son fils Mario.  C’est donc en 2009 que Mario prend la possession de la ferme familiale pour une quatrième génération consécutive.

En 2010, lors de l’assemblée annuelle des producteurs de lait du N.-B., la Ferme République se voit remettre, un prix pour la qualité du lait et en 2012 au niveau national, l’entreprise se voit aussi décerner le prix de Maître éleveur par l’association Ayrshire Canada.   Toute une fierté pour Georges-Aimé, Céline et Mario. 

Pour conclure, Georges-Aimé a travaillé une bonne partie de sa vie avec la race Ayrshire et ce avec beaucoup de fierté et compassion.  Aujourd'hui, Georges-Aimé est toujours actif sur la ferme, que ce soit pour faire boire les petits veaux, pour soigner les animaux à l'extérieur avec le tracteur ou pour la récolte des foins, les travaux dans les champs et j'en passe. Georges-Aimé est toujours là pour donner un coup de main à son fils Mario.  La ferme fait partie de lui et le fera toujours.


HOMMAGE À MADAME ANNE SPAULL 

Les grands Parents d’Anne Spaull ont démarré la Ferme El Carmen à Warren, Ontario dans la région de North Bay en 1912.  Au début il y avait sur la ferme des chevaux, des Shorthorns et des moutons.  Les parents d’Anne ont repris la ferme en 1935. Alors la ferme vendait de la crème et faisait la traite à la main. L’année suivante, ils installèrent une génératrice à essence pour alimenter un système de traite à 2 unités, changèrent pour un bidon de lait entier expédié par train vers Sudbury, et commencèrent à acheter des vaches Ayrshire. Un test de tuberculose dévastateur emporta 56 têtes en 1943, et précipita la fin de leurs Shorthorns. Après la guerre, ils furent les premiers dans leur communauté à faire la transition vers des tracteurs, presses et moissonneuses-batteuses. Ils construisirent une grange étable en 1965 ainsi qu’un silo de 24’ x 70’ en 1973. À une certaine époque, la ferme était la plus grande entreprise de la région avec 250 têtes, la moitié des Ayrshire et l’autre moitié constituée d’une variété de races de boucherie européennes.

Depuis sa tendre enfance, Anne avait deux grandes ambitions : cultiver la terre et élever du bétail Ayrshire! Elle a appris à lire avec la revue Ayrshire et le livre Betty Barn Book. Ses accessoires de jeu favoris étaient les petits veaux, qu’elle prénommait et entraînait à la marche. « Daisy », une très belle génisse Ayrshire aux couleurs des lignées suédoises d’aujourd’hui, naquit en 1945, elle grandit et vint à être classifiée TB, produit une quantité respectable de lait quotidiennement et vécu jusqu’à l’âge de 15 ans!

Après sept années d’études en Angleterre, qui inclurent quelques compétitions de ski alpin en Suisse, Anne revint sur la ferme.  Elle remit à jour les enregistrements, qui avaient pris du retard, et elle s’intéressa beaucoup au programme d’élevage.  Elle participa aux premières compétitions de Princesse Laitière, gagnant celle de 1959. Suivant les traces de son père, qui fut très impliqué à tous les niveaux dans l’ancienne Milk Producers’ League et le Farm Safety Council, elle devint la première femme directrice au sein de l’Ontario Association of Agricultural Society (O.A.A.S) et elle fut possiblement la première femme présidente d’Ayrshire Ontario, au début des années 1960.  Elle a aussi siégé sur le conseil municipal pendant 20 ans, de manière intermittente, et fut pendant plusieurs années la secrétaire du Club de l’âge d’or local. Membre depuis tout récemment du Warren Lions’ Club, elle a rejoint son conjoint Ejnar.

Ejnar et Anne reprirent la ferme en 1989.  Au fil des années, ils ont développé une très belle relation enrichissante.  Leur plus grand accomplissement fut le développement d’un superbe troupeau Ayrshire avec un potentiel phénoménal.  Certaines des génisses du troupeau El Carmen ont connu beaucoup de succès, au Canada et aux États-Unis.

Le destin réservait encore bien des surprises : les parents d’Anne décédèrent tous deux en 1997.  Pour la toute première fois, il ne restait sur place qu’un seul couple pour gérer complètement la ferme, à leur propre façon, les générations antérieures étaient toujours demeurées sur place, même après la passation à la nouvelle génération auparavant!  Au mois d’août 1999, la grande étable fut détruite par le feu, un choc terrible.  Avec l’aide de voisins, amis et autres producteurs, Anne et Ejnar ont construit une belle petite étable et changé les petites balles carrées pour des balles rondes de 39’’. Au cours des dix années suivantes, ils ont cultivé majoritairement par eux-mêmes, n’employant un travailleur qu’occasionnellement pour nettoyer les enclos.

En 2008, Anne fut blessée.  Une génisse de 600 livres l’a violemment projetée contre un cadre de porte, blessant ainsi sérieusement son dos. N’étant plus capable de faire régulièrement la traite, elle dû embaucher quelqu’un pour le faire.  En 2009, Anne et Ejnar furent confrontés à la réalité et réalisé qu’ils ne pouvaient maintenir une telle opération à temps plein, ils ont vendu le troupeau et le quota.

L’association Ayrshire du Canada est heureuse de décerner à Mme Anne Spaull le titre de Membre Honoraire à vie.

Félicitations.


 

Zone membre

Recherche

Recherche


Connexion

Rechercher un animal
Juin 2017
DIMLUNMARMERJEUVENSAM
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30